About Beauty, HKW, Berlin

About Beauty, Haus der Kulturen der Welt, Berlin

Installation with serigraphs on folio, pearl oyster, sequins on front windows of the building.
« Dans la lumière des matins et le luxe naturel des nuits, la joie est sans douceur » d’après Albert Camus.

« Car la couleur importe elle aussi : le bleu, c’est le bleu de la Méditerranée, cette frontière liquide qui la séparait de la France et illuminait de sa couleur singulière, entre cobalt et outremer, les rives de l’enfance. […] Appliquée sur les baies transparentes d’un musée (HKW Berlin, 2005), elle compose comme un écran transparent qui modifie notre regard. Porté à travers les vitres, nous voyons l’extérieur par le filtre de sa présence. Porté à l’intérieur, c’est son ombre obsédante que nous voyons projetée sur les murs, le plafond, le sol, dans une sorte de kaléidoscope géant dans lequel l’artiste transporterait le spectateur.

La dimension architecturale de ces installations est particulièrement importante et le motif s’y adapte tout particulièrement. […] Sérigraphié sur des filtres autocollants sur les vitres du musée de Berlin (musée des cultures du monde, 2005, About Beauty), il tisse une paroi fine entre l’intérieur et l’extérieur du musée, matérialisant cette imperceptible frontière, si poreuse. […] Comme une fenêtre dans la fenêtre, souvenir de cette métaphore du tableau défini par Alberti : « La peinture est une fenêtre ouverte sur l’histoire ». Par la fenêtre, c’est bien le monde que nous voyons, métamorphosé par le filtre de l’artiste. C’est aussi notre rapport à l’architecture qui se voit soudain modifié. »

Emmanuelle Amiot-Saulnier, Historienne de l’art, novembre 2011